France 2030 : Un plan pour préparer l’avenir

Le Président de la République Emmanuel Macron a présenté le plan d’investissement « France 2030 ».

France 2030, c’est la réponse aux grands défis de notre temps, en particulier la transition écologique, à travers un plan d’investissement massif pour faire émerger les futurs champions technologiques de demain et accompagner les transitions de nos secteurs d’excellence, automobile, aéronautique ou encore espace.

« France 2030 » répond aux grands défis de notre temps, en particulier la transition écologique, à travers un plan d’investissement massif pour faire émerger les champions technologiques de demain et accompagner les transitions de nos secteurs d’excellence

La pandémie nous a mis face à certaines de nos vulnérabilités. Elle a montré notre dépendance vis-à-vis de l’étranger, nous a rappelé l’importance d’une industrie forte, et a révélé plus encore notre vulnérabilité face au dérèglement climatique. Cette crise a aussi été l’occasion pour l’État de renouer pleinement avec son rôle de stratège. 

Dès 2017, le Président de la République a engagé une stratégie économique qui produit des résultats. 
Nous avons mené des réformes économiques, qui ont permis de créer de l’emploi et de la croissance.

Face à la crise sanitaire, France relance doté de 100 milliards d’euros répond aux enjeux de reprise économique tout en posant des jalons essentiels pour relever les grands défis de notre temps, avec :
-30 milliards d’euros pour la transition écologique ;
-35 milliards d’euros pour la compétitivité ;
-35 milliards d’euros pour renforcer la cohésion sociale.

Si la France est indéniablement plus forte et mieux armée aujourd’hui qu’en 2017, il nous faut aller encore plus loin. À l’heure où d’autres nations sont engagées dans une course technologique sans cesse plus rapide, nous devons penser et mettre en place les investissements pour la France de demain.
Il nous faut investir en faveur de l’innovation technologique et de l’industrialisation, et accélérer les investissements créateurs de croissance, d’emploi et d’indépendance industrielle
Mon collègue Jean-Noël Barrot s’exprime sur le plan d’investissement #France2030
Le plan « France 2030 », doté de 30 milliards d’euros déployés sur 5 ans, vise à développer la compétitivité industrielle et les technologies d’avenir. Il poursuit 10 objectifs pour mieux comprendre, mieux vivre et mieux produire, à l’horizon 2030

8 milliards d’euros pour le secteur de l’énergie, afin de construire une France décarbonée et résiliente :
 
Objectif 1 : Le Président de la République souhaite faire émerger en France des réacteurs nucléaires de petite taille, innovants et avec une meilleure gestion des déchets, grâce à un investissement à hauteur de 1 milliard d’euros d’ici à 2030

Objectif 2 : Faire de la France le leader de l’hydrogène vert est une nécessité pour garantir une transition réussie. Pour cela, le Président de la République souhaite la construction de deux gigafactories d’électrolyseurs. 

Objectif 3 : Le développement des réacteurs nucléaires de petite taille, et le développement de l’hydrogène vert nous permettront de décarboner notre économie. Le Gouvernement va également investir 500 millions d’euros pour l’innovation dans les énergies renouvelables. Notre objectif est de baisser de 35% les émissions de CO2 en 2030 par rapport à 2015

4 milliards d’euros pour les « transports du futur » : 

Objectif 4 : À l’horizon 2030, nous souhaitons construire près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides

Objectif 5 : Produire un premier avion bas-carbone, en France, avec la collaboration d’autres pays européens. 

2 milliards d’euros pour une nouvelle révolution de l’alimentation saine, durable et traçable : 

Objectif 6 : La France doit accélérer la révolution agricole et agroalimentaire. Cette enveloppe vise à développer la numérisation, la robotisation du monde agricole, et les travaux sur la génétique. 

3 milliards d’euros pour le secteur de la santé : 

Objectif 7 : Notre objectif est de produire 20 bio-médicaments contre les cancers, les maladies chroniques, dont celles liées à l’âge d’ici 2030, et de créer les dispositifs médicaux de demain. 

Dans le domaine culturel :

Objectif 8 : Nous devons placer la France à nouveau en tête de la production des contenus culturels et créatifs, afin que notre pays prenne toute sa part dans la formation d’un imaginaire collectif.
France 2030 permettra notamment de construire trois grands studios qui révolutionneront le modèle de production des contenus culturels. 

2 milliards d’euros pour l’espace et les fonds marins :

Objectif 9 : Le défi technologique passe par la nouvelle aventure spatiale, en investissant dans les nouveaux mini et micro satellites, et en développant notamment un mini lanceur pour 2026. 

Objectif 10 : L’exploration des fonds marins, afin de développer notamment la recherche et l’extraction de métaux, est également au cœur de notre stratégie pour la France de 2030. 

La réussite de ces 10 piliers répond à différents impératifs :

sécuriser l’accès aux matières premières, notamment le lithium et le nickel pour l’usage de nos batteries, et développer leur recyclage ;

doubler la production de composants physiques et électroniques d’ici 2030, avec un investissement de 6 milliards d’euros ;

maîtriser les technologies comme la cybersécurité et l’intelligence artificielle ;

investir dans nos talents, avec un investissement de 2,5 milliards d’euros dans les compétences et la formation aux métiers des technologies de demain.

Le Président de la République a insisté sur la méthode pour déployer ces 10 objectifs : renforcer l’agilité de notre système, faire confiance à l’émergence de nouveaux acteurs (start-up, PME, ETI), accepter la prise de risque et renforcer notre capacité à nous relever vite et facilement des échecs. 

Au-delà, France 2030 doit être un levier pour l’autonomie stratégique européenne.Nous souhaitons développer des projets industriels communs, notamment avec nos partenaires allemands, à l’image de ce que nous avons fait sur les batteries, de ce que nous faisons sur l’hydrogène et de ce que demain nous allons faire sur le cloud, la santé ou encore l’espace. 

« France 2030 » doit aider la France et l’Europe à se réarmer industriellement et à assumer leur volonté d’indépendance et d’autonomie stratégiqueIl s’agit donc de rattraper notre retard, de créer les leaders de demain et de donner un temps d’avance à la France dans une Europe plus forte. France 2030 est un plan d’investissement pour tous les Français, sur l’ensemble du territoire. L’innovation fait partie de la culture française. Elle est, par essence, territoriale. À l’image de France Relance, France 2030 bénéficiera à tous les territoires.

Présentation du Plan #France2030

LIRE LA SUITE

Interdiction des thérapies de conversion

Mardi 5 octobre, nous avons adopté à l’unanimité une proposition de loi initiée par le groupe LaRem, que l’ensemble des députés démocrates ont cosigné, interdisant les pratiques visant à modifier l’orientation sexuelle, notamment les « thérapies de conversion ».

Cette proposition de loi envoie un message fort, indispensable, aux victimes, aux acteurs de terrain, aux pseudo-thérapeutes qui s’autoproclament experts en la matière, et à certains représentants ou fidèles de cultes ou de croyances qui veulent guérir là où il n’y a rien à guérir.

La proposition de loi vise à prévenir les thérapies de conversion, à leur donner une définition plus stricte, et à prévoir des peines en lien avec l’infraction commise.

Les thérapies de conversion sont des pratiques qui visent à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. 3 types de thérapies de conversion ont été observés lors de la mission d’information : 

– les thérapies religieuses (abstinence, recours à des séances d’exorcisme) ;

– les thérapies médicales (recours à des traitements hormonaux, hypnose, voire électrochocs) ;

– les thérapies sociétales (mariages forcés hétérosexuels).

Si de tels actes peuvent tomber sous le coup de la loi, notamment via les violences volontaires, l’abus de faiblesse, l’exercice illégal de la médecine et le harcèlement, le texte prévoit une réponse spécifique aux thérapies de conversion, tant dans la qualification du délit que dans la sanction.

La proposition de loi vise à punir de 2 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende ces pratiques, et à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amendelorsque les faits sont commis sur un mineur.  

Les députés démocrates ont également enrichi ce texte grâce à l’adoption de deux amendements.

-Le premier crée des circonstances aggravantes, notamment lorsque l’auteur des faits exerce une autorité sur la victime.

-Le second amendement permet de donner la possibilité aux associations luttant contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre de porter plainte au nom des victimes de thérapies de conversion.

LIRE LA SUITE

Soutien aux libraires et aux bibliothèques

Mercredi 6 octobre, la proposition de loi permettant de conforter l’économie du livre et de renforcer l’équité et la confiance entre ses acteurs à été votée par l’Assemblée nationale.


Ce texte met en place différentes mesures pour soutenir les librairies indépendantes, qui subissent aujourd’hui la concurrence de pratiques déloyales d’Amazon ou de grandes entreprises, qui en proposant les frais de livraison à 1 centime d’euro, détournent l’esprit de la loi de 1981 qui instaurait le prix unique du livre.
Cette proposition de loi permet ainsi aux ministres chargés de la culture et de l’économie, en lien avec l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (ARCEP), de déterminer un tarif minimal applicable aux frais de port pour la livraison d’un livre.

Ma collègue Géraldine Bannier, rapporteure de cette proposition de loi, estime que « l’objectif est pleinement en adéquation avec le retour salutaire au commerce de proximité, qu’il est indispensable de soutenir »

Cette proposition de loi permet également aux collectivités de soutenir davantage les librairies indépendantes, notamment celles qui rencontreraient des difficultés, et encadre également la pratique contractuelle de la compensation intertitres, ce qui permettra d’améliorer la situation des auteurs en cas de cessation d’activité d’une maison d’édition. 

LIRE LA SUITE