Le Président de la République à l’écoute de la Convention citoyenne pour le climat

Ce lundi 29 juin, le Président de la République a tenu à s’exprimer sur les suites à donner aux propositions des 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat.

« Notre démocratie, c’est aussi cela, c’est de pouvoir débattre entre personnes qui ont des accords et des désaccords sur des sujets aussi essentiels pour le présent et l’avenir de notre pays comme de notre planète, et de savoir tirer quelques conclusions, quelques lignes de convergence.”

Emmanuel Macron a annoncé un plan de relance de 15 milliards d’euros supplémentaires sur deux ans qui seront injectés dans la conversion écologique de notre économie.

  • Premier référendum « d’ici à 2021 » sur l’introduction des notions de « biodiversité, d’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique » dans l’article 1er de la Constitution. 
     
  • Le chef de l’Etat s’est aussi engagé à « laisser ouverte la possibilité de conduire dès 2021 un référendum sur la base de l’article 11 de la Constitution, sur un ou plusieurs textes de lois » reprenant les propositions de la convention citoyenne.
     
  • Emmanuel Macron a rejeté l’idée de limiter à 110 km/h la vitesse sur les autoroutes ou de taxer à 4 % les dividendes des entreprises supérieurs à 10 millions d’euros.  « Il ne faut pas stigmatiser les gens, il ne faut pas les diviser. Il faut réussir à les embarquer tous ensemble. »

Un dialogue avec les élus locaux pour les propositions qui dépendent des collectivités territoriales

Le Président de la République a indiqué que le Gouvernement devra réunir et discuter de l’ensemble des propositions qui concernent les collectivités territoriales avec le associations d’élus. Il s’agit notamment des propositions qui visent à augmenter le nombre de parkings relais, d’interdire les véhicules polluants dans les centres villes, d’instaurer les clauses environnementales dans les marchés publics. 

Les propositions à échelon européen ou international :

Sur le CETA (l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada) : si son évaluation révèle qu’il n’est pas conforme à la trajectoire de l’accord de Paris, le Président de la République s’est engagé à l’abandonner.

Sur la politique commerciale : le Président de la République partage la position de la Convention citoyenne pour le climat. : Aucun accord commercial avec des Etats qui ne respecteraient l’accord de Paris.

La possibilité de nouvelles conventions citoyennes

Le Président de la République a terminé son discours en annonçant la présentation au prochain conseil des ministres d’une réforme du Conseil économique, social et environnemental « qui fera du CESE la chambre des conventions citoyennes »

« Il y aura d’autres conventions citoyennes ».

Les membres de la convention citoyenne pourront bénéficier d’un « droit d’alerte » auprès du gouvernement si la mise en oeuvre de leur proposition ne leur paraissait « pas assez ambitieuse ».

ARTICLES LIES
Projet StopCovid
Position du groupe MoDem sur le projet de réforme des retraites