Point sur la rentrée

Première semaine de septembre : date symbolique de la rentrée. Rentrée des classes, reprise des affaires, rentrée des politiques. 

LA COVID-19 , ça continue

Cette rentrée est différente des autres : le virus a changé nos vies, nos rapports, nos process, nos espaces. Nous l’amadouons petit à petit (il m’arrive encore d’oublier mon masque à l’entrée d’une boutique !) mais nous restons sous surveillance. 

Il y a le risque d’attraper la maladie sans savoir si nous en serons très affectés ou pas, mais il y a aussi le risque d’en contaminer d’autres, qui eux peuvent être fragiles. Par amour des autres, nous nous devons de rester vigilants et d’accepter les contraintes qui s’imposent.

LE PLAN DE RELANCE pour une économie meurtrie 

Ce jeudi, le premier ministre va dévoiler des mesures destinées à relancer l’économie et à soutenir les entreprises en difficulté du fait de la crise COVID. Nous savons déjà que nombre d’entre elles vont fermer, et le ministre parle d’un million de chômeurs en plus. J’ai participé à ce plan de relance en conduisant un groupe de travail sur la mobilisation de l’épargne en direction des entreprises. En clair, si l’on a épargné, c’est le moment de faire des travaux ou d’investir dans les entreprises afin de les aider à repartir. Surtout nos PME-TPE qui ont souffert de l’inactivité. 

LA FRATERNITÉ nécessaire en temps de crise

La fraternité est un mot que nous utilisons peu. Il est pourtant un des trois piliers de notre République. C’est par fraternité que les uns et les autres se sont entraidés aux moments les plus durs de la crise, pour fabriquer des masques, pour apporter des croissants ou pour veiller sur les voisins âgés. La fraternité est ce sentiment que nous faisons tous partie du même bateau, et que nous devons nous en sortir ensemble, que chaque vie a de la valeur et a droit au respect. 

Cette fraternité est mise à mal par la violence envers les personnes représentant les institutions pourtant nécessaires au vivre ensemble. Elle est aussi abimée par le communautarisme qui sévit ici ou là, nourrissant les idées malfaisantes et extrêmes. La fraternité c’est enfin celle entre les hommes et les femmes, mais nous savons le chemin qu’il reste à faire aussi de ce côté-là. 

L’EUROPE ET LA MÉDITERRANÉE, nos deux familles

J’ai toujours souhaité que l’Union Européenne renforce sa politique étrangère. Elle a un rôle a prendre auprès des autres pays de la Méditerranée, et c’est d’autant plus important actuellement alors que des tensions s’accumulent entre la Turquie d’une part et la Grèce d’autre part, autour des forages gaziers. C’est là un sujet sur lequel j’ai été régulièrement interviewée par SkyNews ou TV Arabia. Les craintes sont grandes d’une escalade dans ce conflit.   

Le Liban est peut-être le pays méditerranéen dont la France se sent la plus proche. C’est pour cela que la situation catastrophique de ce pays a mobilisé notre président Emmanuel Macron. En tant que libano-française, je suis très fière de l’action diplomatique ferme et amicale menée pour aider ce pays à se remettre sur pied. C’est aussi une occasion de renforcer la présence française dans cette région. 

MES CHANTIERS DE RENTRÉE :  

Dans le Cher, il y a un grand décalage entre les offres d’emploi et les demandeurs d’emploi qui ne trouvent pas de travail. Pour mieux comprendre quels sont les freins qui empêchent de retrouver un emploi, je vais rencontrer des chômeurs de longue durée, ainsi que les associations ou structures qui s’en occupent. 

Les violences faites aux femmes est un autre sujet grave, que je vais explorer avec l’aide de Léa, stagiaire, qui rejoint mon équipe en octobre. 

Je vais suivre de près les projets de loi à venir, concernant la simplification administrative et Territoires zéro chômeurs. Ce sont là deux sujets qui m’intéressent tout particulièrement. La simplification administrative est souhaitée, promise, mais de plus en plus lointaine. Et Territoires Zéro Chômeurs est une expérience audacieuse pour contrer le chômage et offrir à chaque personne la dignité du travail, qui est avant tout un service. 

Côté environnement durable : j’intègre une nouvelle commission d’enquête sur l’évaluation des politiques publiques de santé environnementale, dont le travail va démarrer rapidement. 

Localement, la jussie qui envahit nos cours d’eau va faire l’objet d’une question écrite que je vais adresser au ministère de la transition écologique. Et la lutte contre l’engrillagement en Sologne devrait être le sujet d’une proposition de loi que je porterai avec d’autres députés. 

La rentrée, ce sont de nouvelles pages qui s’ouvrent, de nouveaux projets. Et, je l’espère, après cette crise majeure, le moment de retrouver des signes positifs pour l’avenir de notre pays et du monde. 

ARTICLES LIES
Ségur : Réunion avec Olivier Véran pour évoquer les difficultés de nos territoires
Remise de médaille à Aurélie Gayod