Visite du ministre Le Drian au Liban

En tant que vice-présidente du Groupe d’amitié France-Liban, je tiens à souligner que la visite actuelle du ministre Le Drian au Liban exprime encore une fois la fidélité et l’amitié de la France envers le Liban, alors que celui-ci traverse la période la plus sombre de son histoire. 

La France ne tourne pas le dos à ce pays ami et continue de le soutenir via les écoles, le patrimoine culturel et historique et la santé, des secteurs primordiaux. Et cela, malgré la non-application des engagements pris par les dirigeants libanais envers la France, soit de constituer un gouvernement qui soit accepté par le Parlement et qui travaille au plus vite à la reconstruction du Liban avec l’aide internationale.

La France agit aussi en activant les sanctions contre des dirigeants libanais par la voie européenne. C’est une action en profondeur donc qui prend du temps mais les effets n’en seront que plus importants. Et la liste pourra s’allonger dès lors que le processus a commencé. 

Le Liban ne peut pas se sauver uniquement par l’action extérieure : le ministre Le Drian parle peu et écoute beaucoup durant ce voyage. Et la France saura encourager ceux qui veulent une démocratie plus saine. Mais le changement doit s’appuyer sur des forces internes au pays. Et il y en a, le Liban ne manque pas de ressources, malheureusement le blocage actuel entre le président et le chef du gouvernement qui se traduit aussi par le blocage de l’audit de la Banque centrale, retarde et complique la situation. 

Par des bidouillages dont ont profité beaucoup de petites et grandes fortunes avec notamment des taux d’intérêt très élevés, la Banque du Liban a favorisé la chute actuelle du pays. Pas ou peu de politique de développement, de production ou de soutien à l’investissement et à l’innovation. L’économie libanaise était devenue une grosse bulle financière qui a explosé. 

Le Liban compte maintenant parmi les pays les plus pauvres du monde, et les Libanais sont pris en otage par leurs dirigeants.

La mission du ministre Le Drian est très difficile et je la suis avec un intérêt que ma double nationalité franco-libanaise renforce évidemment.

Nadia ESSAYAN

ARTICLES LIES
L’avenir de La Poste
Football Féminin – 2e division ⚽️